Non-Destructive Precision Genomics for Environmental Impact Tracking in a Global Climate Change Era

Activities

3 Main Project Activities

Deliverables

6 Project Deliverables

Pourquoi le projet iTrackDNA?

Le Canada est un pays exportateur de ressources naturelles qui valorise sa biodiversité, son eau propre et ses écosystèmes distinctifs. Cette vaste nation est à un tournant critique parce qu’elle doit composer des intérêts concurrents entre la pression sociétale croissante pour la durabilité environnementale et le développement des ressources naturelles. Par conséquent, les décisions de gestion des ressources naturelles prises par les collectivités canadiennes, les peuples autochtones, les industries et les organismes de règlementation nécessitent des informations adéquates et pertinentes concernant les risques et les impacts des activités humaines, en particulier dans le contexte des changements climatiques. L’analyse de l’ADN environnemental (ADNe) – le matériel génétique rejeté par les organismes dans leur environnement – est très prometteuse car l’ADNe peut fournir des informations non destructrices, rapides, rentables et précises sur la biodiversité.

Par exemple, un seul échantillon d’eau d’un lac peut indiquer la présence d’espèces à risque, envahissantes, nuisibles ou importantes sur les plans culturel & économique.

Cependant, une variation considérable dans la qualité des données et une mauvaise compréhension des facteurs affectant la détection de l’ADNe ont entravé l’adoption de politiques règlementaires et la prise de décision en matière de gestion des ressources naturelles.

Les utilisateurs (c’est-à-dire les gouvernements, les Premières Nations, les ONG et l’industrie) demandent maintenant la normalisation des méthodes et l’accessibilité aux ressources d’ADNe pour soutenir les investigations écologiques qui visent la surveillance des espèces en péril; la gestion des espèces envahissantes; et l’octroi de permis et d’autorisations pour des projets énergétiques, miniers, forestiers, manufacturiers et d’infrastructures. De meilleurs outils de surveillance pourraient aider à détecter les nématodes vivants du pin et améliorer les tests d’efficacité de traitement du bois, facilitant ainsi le commerce des produits forestiers canadiens. Ces outils pourraient aussi réduire considérablement le coût de la gestion des espèces aquatiques envahissantes grâce à leur détection précoce et protéger des écosystèmes précieux.